gallery/vector eco leaves and green wave

SVTplus

 

gallery/terre

    Seconde 8 - Une planète habitée

    gallery/schema_intro

    Finir l'activité ci-dessus pour le lundi 18 septembre

    Lundi 18 septembre 2017

    Organisation du système solaire : corrigé.

    I – La vie, une exclusivité de la Terre ?

    Quelles sont les caractéristiques planétaires favorables au développement de la vie ?

    ► Etude de 3 articles sur les exoplanètes :

    • faire ressortir les points importants en rapport avec la problématique en écrivant les mots clés sur le pad collaboratif.
    • comparaison des mots clés pour faire ressortir les arguments principaux.

    ► L’eau liquide est nécessaire à la vie

    Problème : quelles sont les conditions environnementales pour avoir de l’eau liquide sur les planètes rocheuses ?

    • Expérience de la pompe à vide au bureau : la pompe permet de diminuer la pression atmosphérique par 10 dans la bouteille d’eau chaude à 70°C.
    • Résultat : une eau à 70°C se met à bouillir (elle passe en phase gazeuse) quand la pression atmosphérique terrestre est divisée par 10.
    • Conclusion : les états de l’eau dépendent à la fois de la température et de la pression atmosphérique.

    Activité - Le diagramme des états de l'eau

     

    Lundi 02 octobre 2017

    DS

    Activité – La température de surface des planètes rocheuses

    Bilan

    La température d'une planète est liée à sa distance au Soleil et à l’effet de serre :

    Plus une planète est proche du Soleil, plus elle reçoit d'énergie solaire et donc plus la température au sol est importante.
    L’effet de serre est dû à la qualité de l’atmosphère :

    • une atmosphère opaque comme celle de Vénus est responsable d’un important effet de serre : Vénus est une fournaise. Tout le rayonnement infra-rouge réémis par le sol est piégé par l'atmosphère opaque riche en CO2 et renvoyé vers le sol.
    • une atmosphère ténue comme celle de Mars est responsable d’un effet de serre très faible : Mars est glacée. Une très grande partie du rayonnement infra-rouge réémis par le sol est évacuée dans l'espace.
    • La Terre a une atmosphère épaisse et transparente : l’effet de serre est modéré. La température moyenne est de de +15°C.

    Schéma – bilan sur les conditions favorables à la présence de vie sur la Terre : 

    Conclusion

    La Terre se situe dans la zone d'habitabilité en surface du système solaire.

    Cette zone d’habitabilité s'étend de 0,95 UA à 1,5 UA (1 unité astronomique = 150 000 000 km) : elle correspond à une zone de l’espace où des planètes possédant une atmosphère peuvent avoir de l’eau liquide, condition obligatoire pour que la vie puisse se développer.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    gallery/schema_bilan_terre_habitable
    gallery/zone-habitable-soleil

    Lundi 25 septembre 2017

    ► La température à la surface des planètes dépend de la distance au Soleil 

    Activité - Energie de surface en fonction de la distance au Soleil (modélisation del a loi de Bouguer)

     

    Revoir l'organisation du système solaire et les définitions pour le lundi 02 octobre : fiche de révision

    Lund 09 octobre 2017

    II – Les caractéristiques du monde vivant

     

                A – Les molécules constituant le monde vivant et le monde inerte

     

    Un peu de vocabulaire :

     

    • Le monde vivant ou biosphère : la biosphère est l’ensemble des êtres vivants (animaux, végétaux, bactéries) peuplant la Terre.
    • Le monde inerte ou minéral : le monde inerte comprend les roches de la lithosphère, l'eau de l'hydrosphère et les gaz de l'atmosphère.
    • Un élément chimique ou atome : un élément chimique (atome) est une entité qui compose toute matière existante. Les différents atomes sont caractérisés par le nombre de protons constituant leur noyau atomique.

    Tableau des éléments chimiques présents sur Terre

     

    „ Quelles sont les particularités des molécules du monde vivant par rapport aux molécules du monde inerte ?

     

    Activité – Les molécules du monde vivant et les molécules du monde inerte

     

     

    DS le lundi 16 octobre : fiche de révision

    Lundi 16 octobre 2017

    DS

     

    Bilan de l'activité

     

    „ Les molécules du vivant sont essentiellement constituées de 6 atomes : C, H, O, N, P, S

     

     

    Etres vivants

    Le monde minéral

    Principaux éléments chimiques (atomes)

    C, H, O, N, P, S

    Si, O, Al, Fe, Ca

     

    „ Le carbone « C » est l’élément chimique le plus représenté dans les molécules du monde vivant.

     

    „ Les molécules du monde vivant sont essentiellement des molécules organiques : une molécule organique est une molécule comportant au moins un atome de carbone relié à un atome d'hydrogène.

     

    Remarque : certaines molécules organiques font partie du monde minéral : CH4, les hydrocarbures…

     

    Il existe plusieurs types de molécules organiques :

     

    • Les glucides : ce sont des molécules formées de carbone, d'hydrogène et d'oxygène. Ils entrent en particulier dans l'alimentation des êtres vivants. Exemple : le glucose.
    • Les lipides (acides gras) sont des molécules formées de carbone, d'hydrogène, et de peu d'oxygène. Ils sont les principaux constituants des membranes cellulaires.
    • Les protides (protéines et acides aminés), contiennent de l'azote en plus du carbone, de l'hydrogène, et de l'oxygène. Leurs fonctions sont très variées : hormones, anticorps ou enzymes par exemple.
    • Les acides nucléiques sont d'autres constituants du vivant, contenant du carbone, de l'oxygène, de l'hydrogène, de l'azote et du phosphate. Leur rôle est essentiel, car ils forment l'ADN, support de l'information génétique.
    • Les vitamines

    Lundi 06 novembre 2017

    Correction DS

     

              B – Les êtres vivants ont un métabolisme cellulaire

     

    Métabolisme : ensemble des réactions chimiques se déroulant au sein de la cellule.

     

    „ Deux exemples de processus cellulaires métaboliques :

     

    • La respiration cellulaire.
    • La photosynthèse.

    Quels organismes effectuent la respiration cellulaire ou la photosynthèse ?

     

    Activité – Quel processus cellulaire métabolique caractérise le métabolisme des levures ?

     

    Utilisation du pad collaboratif multivue afin d'élaborer un protocole pour tester le type de métabolisme effectué par les levures

    Apporter la blouse lundi 13 novembre : pas de blouse, pas de TP. Pas TP, pas de compte-rendu. Pas compte-rendu, 0.

    Lundi 13 novembre 2017

     

    Quels organismes effectuent la respiration cellulaire ou la photosynthèse ? mise en oeuvre des protocoles élaborés la semaine précédante.

     

    Lundi 20 novembre 2017

    Correction type du TP du 13 novembre

     

    Exercice sur le métabolisme des cellules chlorophylliennes : ici.

     

    „ Le métabolisme cellulaire est sous contrôle : document

     

    Pour le lundi 20 novembre

    - répondre au questionnaire en suivant le lien http://bit.ly/2iOJeU7

    - DS : fiche de révision

    - Apporter la blouse

    Lundi 04 décembre 2017

    Correction du DS

    „ Le métabolisme cellulaire est sous contrôle : document

    Le métabolisme est contrôlé :

    • par le patrimoine génétique (l'ensemble des gènes contenus dans le noyau de la cellule).
    • par certaines conditions physicochimiques du milieu (température, disponibilité en molécules, lumière…).

                 C – La cellule : unité de structure du vivant

     

    Le grossissement optique du microscope photonique est insuffisant pour observer les détails des cellules. On utilise alors le microscope électronique : la lumière est remplacée par des électrons. Les microscopes électroniques modernes peuvent grossir jusqu’à 2 millions de fois. Les biologistes utilisent l'expression ultrastructure cellulaire pour désigner l'anatomie de la cellule que le microscope électronique permet d'observer.

     

    Activité – Comparaison des cellules animales et végétales

    Bilan

     

    ► Les cellules animales et végétales sont des cellules eucaryotes :

    • elles sont limitées par une membrane plasmique.
    • elles possèdent des compartiments intracellulaires appelés organites.

    Principaux organites des cellules eucaryotes :

    • Un noyau : organite contenant le matériel génétique (les gènes).
    • Des mitochondries : organite de production d’énergie grâce à la respiration cellulaire.
    • Un réticulum endoplasmique granuleux : organite de production de protéines.
    • Un appareil de Golgi : organite de répartition des protéines dans la cellule.

    Les cellules eucaryotes végétales possèdent en plus :

    • une paroi pectocellulosique : rigidification des cellules.
    • des organites spécifiques :
      • des chloroplastes : organites de production de molécules organiques grâce à la photosynthèse.
      • des vacuoles : organites de stockage de l’eau et des sels minéraux.

     

    ► Il existe un autre type de cellules : les bactéries.

    • Les bactéries sont limitées par une membrane plasmique et une paroi
    • Les bactéries ne possèdent pas d’organites.
    • Le matériel génétique des bactéries est sous forme d’un seul chromosome libre dans le cytoplasme.

    schéma comparatif d'une cellule animale et d'une cellule végétale

     

    Pour le lundi 11 décembre

     

    Exercice sur les calculs d'échelle (feuille polycopiée).

    Lundi 11 décembre 2017

               D – L'information génétique est contenue dans la molécule d'ADN

     

    Quelle est la structure de la molécule d’ADN ?

     

    Activité – Structure de la molécule d'ADN

     

    BILAN

     

    • L’ADN est une molécule constituée de 2 brins de nucléotides enroulés en une double hélice.
    • Les nucléotides sont au nombre de quatre : nucléotide à adénine (A), nucléotide à thymine (T), nucléotide à guanine (G) et nucléotide à cytosine (C).
    • L'association des nucléotides entre les deux brins d'ADN respectent une règle de complémentarité :
      • un nucléotide à adénine (A) est toujours en face d'un nucléotide à thymine (T)
      • un nucléotide à guanine (G) est toujours en face d'un nucléotide à cytosine (C).

     

    Schéma simplifié d'un fragment d'ADN

     

    Lundi 18 décembre 2017

    Lien entre chromosome et ADN

     

    Activité – De l’ADN au chromosome et vice versa

    (Distribution d’un bout de ficelle pour représenter un chromosome simple).

     

    • Dans le noyau des cellules, chaque molécule d’ADN s’enroule autour de molécules appelées histones : cette association forme un chromosome simple.

     

    • L’ensemble des chromosomes simples se nomme la chromatine. Les chromosomes simples sont décondensés dans le noyau et ne sont donc pas visibles.

     

    • Avant une division cellulaire, les chromosomes simples deviennent doubles et condensés : ils sont alors constitués de 2 molécules d’ADN identiques très compactées. Les chromosomes doubles sont alors bien visibles dans les cellules en train de se diviser (caryotype).

     

    Remarque : lors de la division, les chromosomes doubles se scindent en 2. Les cellules filles apparues récupèrent chacune le même nombre de chromosomes simples.

     

    Comment est écrite l’information génétique dans l’ADN ?

     

    Activité – Le langage de l’ADN

    Jeudi 11 janvier 2018

    L’information génétique est écrite dans un langage universel à 4 lettres correspondant aux 4 bases azotées : A, T, G et C.

    La séquence des bases azotées d’un gène représente le message porté par l'ADN : une séquence de nucléotides permet la fabrication d’une protéine.

    Une différence de phénotype est due à une différence dans la séquence de nucléotides d’un gène.

    • Un gène : un gène est une séquence de nucléotides permettant la fabrication d’une protéine.
    • Un allèle : un allèle est une variante d’un gène. Les allèles d’un gène varient par au moins un nucléotide.

    Les différents allèles apparaissent par mutation des gènes au niveau des cellules sexuelles au cours des générations. La mutation d’un gène crée un nouvel allèle, ce qui crée de la diversité génétique.

     

    La molécule d'ADN est une molécule dont la séquence nucléotidique varie en fonction des individus. Cette variabilité de l'ADN permet :

    • d'expliquer l'origine des maladies génétiques.
    • d'expliquer l'origine de la diversité des individus d'une même espèce ou d'une espèce à l'autre.

    Les séquences de nucléotides de l’ADN sont différentes d’une espèce à l’autre mais constituées des mêmes 4 nucléotides. Il est donc possible d’insérer des gènes d’une espèce dans le génome d’une autre espèce : la transgénèse.

     

    Le langage universel de l’ADN permet la transgénèse

     

    Activité – La transgénèse

     

    La transgénèse est le transfert d'un gène d'une espèce à une autre. Elle a pour objectif de donner à cet organisme génétiquement modifié (OGM) un nouveau caractère jugé intéressant.

     

    Le gène transféré s'exprime dans les cellules de l'organisme génétiquement modifié : l'information génétique contenue dans l'ADN est donc inscrite dans un langage commun à tous les êtres vivants. Cette information génétique est universelle.

     

    III – La biodiversité, résultat et étape de l'évolution

     

    La biodiversité est la diversité des êtres vivants qui peuplent les écosystèmes.

    Un écosystème est constitué :

    • d’un biotope
    • d’une biocénose,
    • des interactions au sein de la biocénose et entre la biocénose et le biotope

     

                 A – La biodiversité au cours du temps

     

    Pour le lundi 22 janvier : Activité – La biodiversités au cours des temps géologiques

     

    gallery/schema_introduction
    gallery/schema_introduction